Ce week-end dans notre appart’, l’heure était au grand rangement. Ce dernier accompagné naturellement par le traditionnel et parfois douloureux épisode du tri en couple, à la façon « le bon, la brute et le truand », soit le terrible choix entre « on garde, on jette, on range dans un carton». Mais ce fut surtout l’occasion de m’apercevoir que, dans notre petit univers, il y avait finalement une foule d’objets issus d’une brocante.

Et pour moi, les brocantes possèdent une saveur toute particulière mêlant nostalgie, plaisir, et bonne fortune. Depuis mon enfance, la brocante est synonyme de véritable chasse aux trésors. Là où certains n’y voient qu’un simple lieu d’échange de vieilleries et objets vétustes, j’y vois le décor d’une petite « aventure » à la recherche de l’objet qui accrochera mon regard au détour d’une allée de ce joyeux bric-à-brac.

 

Brocante, vide-greniers : un virus que j’entretiens encore volontiers aujourd’hui

Comme beaucoup de passionnés de brocante, j’ai attrapé le virus des braderies très jeune en compagnie de mes parents. Avec eux, j’ai sillonné bon nombre de campagnes et bourgades à la recherche du dernier vide-greniers en date.

Souvenirs de dimanche de brocante

Je me rappelle encore des discutions en voiture « Mais si c’est aujourd’hui ! C’était écrit sur le prospectus qui était dans la boîte aux lettres !» « Prospectus qu’on a oublié ! Pour moi c’est demain. Je me rappelle très bien l’avoir lu sur l’affichette à la boulangerie» « on verra sur place, enfin, si on trouve, vu comment c’est mal indiqué par ici ». Pour certains d’entre vous, je vous dépeins au mieux un épisode de « le vent des moissons », au pire un des premiers numéros de l’émission striptease. Moquez-vous donc, c’était surtout une époque où nous n’avions pas grand-chose pour vérifier cette fameuse date. Aujourd’hui, l’info nous l’avons directement sur nos portables. Et -moi aussi- je suis passé à internet. Moi aussi j’ai Google Map, moi aussi je vais sur le site calendrier-des-brocantes.com pour connaître ou vérifier la date et le lieu d’un vide greniers ou d’une braderie.

Certes, mais cela ne vous dit toujours pas pourquoi j’apprécie passer du temps dans les allées d’une brocante. Tout simplement parce qu’enfant, j’ai collectionné mille et une choses. Je pourrais même dire que j’ai collectionné les collections. J’ai eu mes phases billes, bandes dessinées, pièces de monnaie, porte-clefs, petites voitures, timbres…… et j’en oublie….Alors imaginez, chaque sortie dans un vide-greniers était un peu une fête et surtout l’occasion pour moi de faire grossir ma collection du moment. Lentement, j’ai appris à arpenter les rues et observer attentivement les stands des différents  exposants pour trouver l’objet parfait et dans le budget qui m’était imparti. Je me souviens aussi, sur le chemin du retour, à l’arrière de la voiture, que je triturais et observais sous tout les angles ma nouvelle acquisition, persuadé qu’elle serait la pièce centrale de la collection…Enfin jusqu’à la prochaine braderie.

Un nouvelle collection et un retour dans les vide-greniers

brocantePendant la période de l’adolescence, j’ai cessé de fréquenter les brocantes. Mais arrivé à la fac, j’ai petit à petit repris le chemin des brocantes, porté par une certaine nostalgie et surtout par une nouvelle collection : Les objets liés aux dessins animés des années 80/90. Soyons clair, je fais cette collection de façon très dilettante. Je la vois plus comme un support, un prétexte pour partir flâner un dimanche de beau temps. Parfois même je reviens avec tout autre chose ou presque. Aucunement, je cours après la pièce rare, j’aime le plaisir de tomber  –par hasard – sur une belle pièce. Je trouve cela tellement plus jouissif et moins frustrant que d’être dans une quête effrénée  à la pièce de collection. Après l’univers de la brocante est tel qu’on peut la vivre de mille et une façon.

 

Quels sont ces fameux objets issus de mes pérégrinations au pays des brocantes ?

Tout d’abord, comme vous l’avez compris, je collectionne les objets en rapport avec les dessins animés des années 80 et début 90. Cette passion pour cet univers m’amena notamment à –aussi- tester il y a quelques temps le restaurant « les fils à maman ».

Aperçu de ma collection dédiée aux dessins animés des années 80/90

Depuis plusieurs années, j’érige donc un petit « autel » dédiées à cette période. Il se compose uniquement d’objets « péchés » dans des vide-greniers. Tout d’abord, et –je dirais- logiquement j’ai une collection de dessins animés. J’ai notamment Les Chevaliers du zodiaque, les mystérieuses cités d’Or, Albator ou encore capitaine Flam. Mais attention, la plupart de ces dessins animés ont comme support des cassettes vidéo! Il y a des puristes qui écoutent de la musique sur vinyl et sur un tourne-disques. Moi je regarde les vieux dessins animés sur cassettes et avec mon magnétoscope.

Dans cette collection j’aime aussi chiner dans les braderies des verres à moutarde. Mais ceux qui ont comme décorations les héros de ces dessins animés. Enfin, bien plus difficile à trouver maintenant au cœur de ma collection: des figurines des chevaliers du Zodiaque. Certes je n’ai pas l’ensemble de la gamme et certaines pièces sont manquantes. Mais savoir que je les ai dénichées pour la plupart au milieu de tout un fatras de jouets leur donne un petit gout de trésor. Des livres dédiés ont aussi trouvé leur place dans cette collection.

Une partie de ma déco issue de brocantes

Enfin, ces petites sorties dominicales dans des brocantes m’ont aussi permis de trouver de beaux éléments de déco sans rapport avec ma collection. Par exemple, avec un peu de patience, j’ai fini par réunir ce vieux tourne-disques Philips, sa table et ces vieux vinyles. Pourtant jamais je ne suis jamais parti à la recherche de chacun de ces éléments pour obtenir ce « tableau ». C’est un peu ça la brocante, une objet en appelle un autre. Parfois, un objet vous fait simplement de l’œil sans réellement savoir pourquoi. C’est tout le charme de la brocante…

 

Univers alternatif : Une brocante que jamais il ne trouva…

Dans un univers alternatif, un dimanche de très bon matin le bonhomme aurait quitté son habitat urbain. Il aurait souhaité se rendre à une brocante se situant dans un village reculé. Cependant en chemin, il aurait rapidement rencontré une rupture de réseau internet sur son portable. Out l’accès au calendrier des brocantes, out le GPS et Google Map. Quelques instants après cela aurait été au tour du réseau mobile tout entier de cesser de fonctionner. C’est à cet instant que tout aurait commencé…

Les cultivateurs: ces êtres étranges venus d’une autre planète. Leur destination: la terre. Leur but: en faire leur univers. Le bonhomme les a vus. Pour lui, tout a commencé par un matin brumeux, le long d’une route solitaire de campagne, alors qu’il cherchait une brocante que jamais il ne trouva. Cela a commencé par un café abandonné et par un bonhomme devenu trop las pour continuer sa route. Cela a commencé par l’apparition d’une moissonneuse batteuse un appareil venu d’une autre galaxie. Maintenant, le petit bonhomme sait que les cultivateurs sont là, qu’ils ont bien une forme humaine et qu’il faut convaincre un monde incrédule que ce qu’il mange a bien été cultivé…

Moralité: battre la campagne à la recherche d’une brocante peut parfois faire germer l’idée d’une certaine réalité…