Calvados en action …Ou Calva : doses en action…Car la semaine dernière, le Calvados, l’eau-de-vie, était à l’honneur dans la cité de Guillaume Le Conquérant. En effet, Caen accueillait la seconde édition de Calvados Time mais aussi les Trophées Internationaux des Calvados Nouvelle Vogue. Deux événements qui s’attachent à démontrer que cette spécialité normande peut être bien plus que le simple digestif de nos anciens.

Pour mener à bien cette noble démarche, Calvados Attractivité et l’IDAC ont choisi de lutter sur le terrain du cocktail. Et il y a des batailles face auxquelles on ne peut se dérober. Et vous imaginez bien que le bonhomme ne s’est pas défilé et a répondu à l’appel!

La seconde édition de Calvados Time

Ayant participé –non sans plaisir- à la première édition, j’ai choisi, pour cette deuxième, d’aller voir ce que proposaient les petits nouveaux au sein de cet événement. Petits nouveaux car le nombre d’établissements jouant le jeu du fruit de l’alambic a cru et il est aujourd’hui au nombre de 16. L’occasion était donc trop belle, pour moi, de sortir de mes « habitus » à la fois gustatifs et en matière de sortie.

La Quincaillerie et son cocktail le New Town

LE LIEU : Ce nouveau bar caennais a ouvert en septembre 2017, rue du onze novembre. Si l’établissement est récent, ses propriétaires ne sont pas des inconnus sur la place caennaise. En effet, François et Thibaud sont aussi les créateurs du très bon « atelier du burger ». A la quincaillerie, la déco est de style rétro années 50 et un peu décalé avec par exemple un vieux vélo Peugeot accroché à l’un des murs.

LE COCTKAIL : Ce dernier a été réalisé par Mickaël. Ses saveurs sont clairement printanières avec ses notes de basilic et de lavande. Le goût de l’ananas offre, de son côté, toute sa gourmandise. Enfin le Calvados apporte toute sa puissance. Un pèle-mêle parfait pour bien aborder les premiers rayons de soleil.

LA RECETTE :

-4cl de Calvados

-2cl de sirop de basilic

-2cl de citron vert frais

-blanc d’oeuf

-3cl de jus d’ananas

-pétales de lavande

La Môme et le cocktail les Collines du Calvados

LE LIEU : ce bar à manger se situe dans le quartier du Vaugueux. Et à mes yeux, c’est bien son seul défaut. Le bonhomme a comme animal totem le paresseux, et cette belle adresse est souvent, le soir venu, un peu loin de sa propre adresse. D’ailleurs, concernant le quartier, les grands-parents paternels de la môme Piaf tenaient un “café-cidre” rue de la Porte au Berger. Côté déco, on navigue entre rétro et bohème. J’aime la capacité de la môme à entretenir une ambiance tout à la fois vivante en terrasse et plus cosy et intime à son étage.

LE COCTKAIL : Il fut réalisé par Gauthier. Ce dernier a, précédemment, posé ses jiggers au Royal de Deauville et aux Cures Marines de Trouville. Cela vous donne une idée de son savoir faire en mixologie. Son cocktail au calvados, les collines du calvados, possède une vraie fraîcheur en bouche. On retrouve une certaine parenté avec un Caïpirinha, sans doute dû à l’assemblage des saveurs acide et sucrée au sein du verre.

LA RECETTE :

-3cl de Calvados infusé au thym

-5 cl de Chartreuse

-3cl de jus de pomme

-Citron vert

-Sirop de miel

-Cassonade

-Bitter aux fruits

-Perrier

Le Comptoir et le cocktail le Calvarinha

LE LIEU : Cette dernière étape -se situant au début de la rue Saint-Sauveur- a ouvert ses portes très récemment. Depuis début février, le comptoir propose son concept de bar-resto. Dans un cadre « cocooning végétal », Etienne, Johann et Olivia, offrent asile aux infortunés, comme moi, qui n’ont jamais réellement été en capacité de choisir entre sortir boire un verre et sortir manger. Visite prochaine, il y aura. Ma moitié a déjà « notifié » dans son agenda un déjeuner en amoureux afin de tester leurs déjà fameux « Buddha Bowl ». J’ai feint l’obligation, car j’y ai -surtout- vu une trop belle occasion de commencer à mettre le nez dans leur carte des vins dont j’ai ouï-dire qu’elle possédait d’excellentes références.

LE COCTKAIL : Le cocktail à base de Calvados baptisé Calvarinha fut réalisé par Johann. Ici aussi, on lit, on sent, on sirote clairement la parenté avec le Caïpirinha.

LA RECETTE :

-Calvados

-Citron vert

-sucre liquide

-sirop d’orgeat

Mon petit bilan de la seconde édition de Calvados Time:

Pour cette deuxième édition, j’ai comme eu l’impression que les barmans avaient consciemment ou non des envies de soleil. La fraîcheur et les saveurs estivales étaient très clairement au rendez-vous. Au fil des saveurs, se dessinait peu à peu un retour à pied des plus froid. Et c’est dans les bourrasques piquantes que tout s’est enfin éclairé. Mon envie de voyage naissante ne devait pas être un hasard. Le syndicat des barmans devait assurément être commissionné sur les achats de billets d’avion effectués durant les dix jours de Calvados Time. Le bonhomme se devait d’enquêter et cela tombait plutôt bien, il avait rendez-vous avec certains d’entre eux aux trophées internationaux des calvados nouvelle vogue.

 

Les  trophées internationaux des calvados nouvelle vogue

Cet événement gratuit avait lieu ce 26 Mars au centre des congrès de Caen.  Il réunissait bartenders professionnels, élèves en formation et producteurs de Calvados autour de l’art de la mixologie

Le Workshop : Les mécanismes du terroir

Dans le cadre de nouvelle vogue étaient organisés quatre workshops dans des bars de la rue Ecuyère. Ces derniers offraient la possibilité à ses participants de découvrir les multiples possibilités d’accord de saveurs entre les différents Calvados et le fromage, la pâtisserie ou encore le poisson. Car oui le Calvados n’est pas monolithique, il n’y a pas un Calvados mais bien des Calvados. C’était d’ailleurs la thématique du workshop auquel j’ai participé.

Au sein du bar El Mojito, j’ai donc eu l’occasion de déguster différents calvados…Alors même si j’ai déjà goûté plusieurs « calva » -comme on dit chez moi- je n’avais jamais eu l’opportunité de les comparer lors d’une même dégustation et surtout sous l’égide d’un spécialiste tel que Guillaume Drouin du domaine Calvados Christian Drouin.

Au cours de ce workshop, le bonhomme n’est pas devenu un spécialiste, mais a compris ce qui se cachait derrière une saveur.  A l’œuvre derrière la stimulation de ses papilles, la variété de pommiers utilisés, la distillation, et le temps et le type de vieillissement. Un vrai plaisir et une pointe de fierté pour l’Augeron que je suis, surtout après avoir découvert que derrière l’image d’Epinal des vaches sous les pommiers normands se cachent avant tout le bon sens paysan. Pourquoi n’avoir qu’une seule activité sur sa terre lorsque l’on peut en avoir deux : élevage et culture ?

Membre de jury lors du trophée France des barmen professionnels

CalvadosC’était, pour moi, une première de me retrouver au sein d’un jury. J’ai bien conscience qu’il y a bien pire comme expérience que jury de cocktails. Pourtant, tout n’était pas gagné d’avance car le thème imposé de cette année était…. les légumes. Les candidats devaient intégrer dans leur création au moins un légume. Un défi pour eux mais aussi pour moi car –soyons honnête- hors de la pomme de terre, le bonhomme se précipite rarement sur ce qu’il range dans la catégorie « OVNI » Organisme Végétal Naturellement Insipide.

Mais au fil des compositions des 12 finalistes, mes idées préconçues furent balayées. En effet, l’un de mes cocktails préférés fut celui du vainqueur. Lorsque je l’ai goûté, je ne devais –réglementairement- pas connaître sa composition. Je n’ai découvert cette dernière que lorsque que je pu le voir concourir plus tard au sein de la finale internationale. Outre le fait d’être totalement épaté par l’originalité de certaines créations tant sur le plan gustatif que sur la présentation, j’ai surtout découvert que le talent de ces jeunes gens avait réussi à me faire aimer des saveurs de légumes bannies depuis bien longtemps de mon quotidien. En connaissant la composition de la recette, aurais-je donné la même note ? Pas certain…Idée préconçue quand tu nous tiens…

En plus d’avoir été réconcilié avec les légumes, j’ai rencontré des producteurs de Calvados passionnés et passionnants tel que Jean-François Martin du domaine du Coquerel ou découvert des Calvados très fruités et très bien adaptés à la mixologie comme l’un de ceux que propose la Famille Dupont. Mais bien plus important encore, cet événement a réussi là ou mes parents ont échoué pendant tant d’année, à  savoir, réussir à me faire adopter – même pour une journée- le précepte des  « 5 Fruits et légumes par jour ».

Univers alternatif : Soupe de légumes et prise de chou

Dans un univers alternatif, j’aurais été tellement conquis par le mariage des saveurs de Calvados et de légumes que je serais devenu un véritable expert en soupe de légumes…au Calvados.

Ma renommé aurait été telle qu’elle aurait d’abord dépassé la cadre de la France, puis du monde, pour finalement franchir notre galaxie. Tant et si bien, que j’aurais fini par recevoir la visite d’un certain « chou » un extra terrestre de la planète Végan. Son objectif, sa mission sur terre : goûter ma fameuse soupe de légumes au calvados. Je peux vous dire que le petit homme vert apprécia, un peu trop d’ailleurs.

En effet, après avoir goûté ma soupe, il aurait souhaité en emporter quelques bidons. Je me serais exécuté, et il serait alors reparti avec quelques litres de son précieux élixir. Trop impatient, il aurait hélas mis plus que le nez dans ces bidons. Et ce qui devait arriver arriva, il éprouva alors toute les difficultés à maîtriser sa soucoupe. Il termina alors sa courses non pas sur sa planète, mais en fin fond du Nevada.  Aux dernières nouvelles, il aurait été le sujet d’expériences scientifiques au sein de la célèbre zone 51.

Moralité : L’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération…Surtout quand on de la route à faire !