Cela faisait un petit moment que cela me titillait et avec mes premières sorties sur les plages normandes, j’ai fini par sauter le pas et enfin testé le kitesurf ! Pour ceux qui ne connaissent pas, le « Kite », c’est ce sport nautique appelé aussi flysurf. Il consiste à glisser sur l’eau avec une planche tout en étant tracté par une aile. Je vous avais raconté il y a quelques temps, que coté sport j’étais plutôt en phase de reprise après pas mal de pépins physiques. Oui mais voilà l’envie était trop forte et j’ai donc pris la direction de la plage pour tester ce sport.

Etape 1 : Pourquoi j’ai eu envie de tester le Kitesurf ?

Tout d’abord, parce que j’ai toujours vu le « kite » comme un sport fun qui allie deux éléments naturels : l’eau et le vent. Plus jeune, j’avais pratiqué le surf du côté de Biarritz, et j’ai eu envie de renouer avec des sensations de glisse. Cependant dans ma belle Normandie, les spots pour pratiquer des sports de glisse ne sont pas légions. Le kitesurf était donc le choix le plus simple et le plus adapté. Même si je ne renonce pas à pratiquer le snowboard sur les pentes du mont Pinçon…En attendant un changement climatique, j’ai donc pris la direction des plages du Calvados qui se prêtent parfaitement à la pratique du kitesurf.

Outre le fait que ma région soit plutôt pas mal pour pratiquer le flysurf, d’autres raisons m’ont poussé à me lancer. J’avais -par exemple- envie de connaitre l’effet que procure le fait de « naviguer » entre ciel et eau. Ensuite, après ma longue période sans réellement faire de sport, le kitesurf me donne l’occasion de travailler les muscles des cuisses, des bras et de la fameuse ceinture abdominale. Pour faire simple, la pratique du kite m’offre de belles promesses afin de sculpter à nouveau un peu ma silhouette, tout en prenant du plaisir. Et puis si Barack Obama s’y est mis, je ne vois pas pourquoi je ne m’y mettrais pas.

 

Pour me lancer, j’ai donc fait un stage dans une école de kitesurf de ma région. Cela me paraît essentiel. Je pars du principe qu’on n’apprend les bases d’un sport qu’au contact de professionnels. De plus, le kitesurf est un sport qui peut s’avérer dangereux s’il est mal pratiqué. Les bases de sécurité ne s’improvisent pas. Enfin, rien ne remplace les conseils d’une personne qualifié.

Etape 2 : Ce que le bonhomme a pensé du kitesurf ?

Comment s’est déroulé mon stage ?

Les premières séances sont axées sur la sécurité et la maîtrise de l’aile. C’est là qu’on prend conscience de la puissance du vent. On apprend à savoir utiliser le vent et surtout à bien l’utiliser. Ce n’est pas ce qu’il y a de plus fun mais cette étape est plus qu’essentielle. Ensuite, j’ai appris à décoller dans l’eau (ce qu’on appelle le water start). Déjà ici on commence à prendre un certain plaisir. Enfin mes cours m’ont amené à apprendre la conduite -en elle même- du kitesurf. Certes à la fin de mon stage, je ne suis pas devenu un pro du kitesurf –loin de là- mais j’ai déjà pu comprendre les bases et surtout comprendre que ce sport me plaisait en matière de sensations.

Mes appréhensions vis à vis du kitsurf

J’avais tout d’abord peur d’être frustré. Etant un débutant complet, j’avais peur de ne pas prendre de plaisir. Mais comme je le dis plus haut rien que de réussir à décoller,  procure déjà des belles sensations. Ensuite, avant le stage j’avais peur de ne pas avoir une assez bonne condition physique pour pratiquer le flysurf. Alors bien sûr j’ai terminé mon stage bien cramé et courbaturé, mais mon manque de pratique sportive n’a pas été un obstacle. En revanche, j’ai bien compris qu’il faisait travailler tout le corps et c’est aussi le projet.

Pourquoi je vais continuer

Tout d’abord, parce qu’on ne peut pas dire que je maîtrise assez mon sujet pour me faire un avis définitif. On ne va pas se mentir, un stage de quelques jours est une initiation. J’ai donc pris la température et me suis promis de revenir me perfectionner auprès de l’école de Kitesurf.  Bon, cela ne m’a pas empêché de déjà commencer à regarder du côté de Thecornershop pour rêver un peu de mon propre matos. Ensuite, parce qu’en ayant touché du doigt les sensations que procure ce sport je ne peux me résoudre à ne pas continuer. Imaginez : se faire porter par une aile comme ça sur l’eau, cette sensation de liberté et de proximité avec les éléments, c’est unique !

Etape 3 : Univers alternatif: chacun son kite…

J’aurais très bien pu faire tout autrement. De peur de me péter à nouveau quelque chose, j’aurais coupé la poire en deux mais tout de même en faisant du Kite. Plage, vent…mais pas d’eau…Oui, je me serais lancé dans la pratique du…cerf volant…avec comme compagnon mon petit cousin. Rapidement, j’aurais compris que ce dernier était bien meilleur que moi. J’aurais alors voulu faire mon kéké car des filles nous regardaient. Et là cela aurait été le drame, un regard vers les demoiselles,  une bourrasque, le cerf volant qui se rebiffe et la cheville qui saute.  Résultat retour chez le kiné. Moralité…

…En kite, il ne faut jamais se croire plus fort que les éléments