Depuis un peu plus de deux ans, j’ai -peu à peu et sans m’en rendre vraiment compte-  renoué avec une de mes anciennes appétences, à savoir la BD. Je ne suis, certes, pas un immense bédéphile mais la lecture de bande dessinée a jalonné de nombreuses étapes de ma vie. Aujoud’hui j’avais envie d’évoquer avec vous les albums qui m’ont fait replonger le nez dans des bulles et des cases. A l’origine de mon regain d’intérêt pour le neuvième art, le souvenir qui date d’une quinzaine d’années d’une BD sur l’histoire d’un petit bonhomme qui s’installe avec sa compagne et son chat à la campagne. A l’époque, j’avais eu un véritable coup de cœur pour ce personnage et j’avais dévoré les trois tomes en une soirée. Je venais de découvrir la bande dessinée Le retour à la terre de Jean-Yves Ferri et Manu Larcenet.

La place de la BD dans la vie du bonhomme

Une enfance bercée par Hergé et les classiques de la BD

Comme beaucoup, je n’ai pas échappé aux célèbres Tintin et Milou. Je connais les albums par cœur. Aujourd’hui encore le journaliste belge et son petit chien ont une place particulière dans mon cœur. En effet, j’aime m’endormir doucement avec les aventures de Tintin lorsqu’elles passent à la télévision. Avec le sommeil, les images de la télé sont alors peu à peu remplacées par mes souvenirs des planches de la célèbre B.D. Une sorte de plaisir régressif.

Bd tintin

J’ai aussi lu beaucoup d’Astérix de René Goscinny et d’Albert Uderzo ou encore Les tuniques bleues du dessinateur Louis Salvérius et du scénariste Raoul Cauvin. Enfant, j’ai pris énormément de plaisir à les lire, cependant, aujourd’hui ils n’ont plus exactement la même saveur lorsque je m’y replonge.

De nouveaux goûts plus « adultes »

la rubrique a brac gotlibSans vraiment de raison, adolescent j’ai complètement mis de coté l’univers de la BD. Cependant en arrivant à la fac, j’ai découvert le “trait” d’Hugo Pratt et son charismatique personnage de Corto Maltese. Il y a quelque chose d’envoûtant dans cet univers que je ne peux expliquer.

Dans le même temps, j’ai pas mal lu le journal satirique Charlie Hebdo. D’ailleurs, cela m’a permis de découvrir un autre Cabu, que je ne connaissais alors que par sa présence dans le Club Dorothée. J’ai également plongé totalement dans l’univers de Gotlib avec comme porte d’entrée un vieil album La rubrique à Brac retrouvé dans les affaires de mon père.

Mon retour à la BD

Enfin, à la fin de mes études à la fac, j’ai -à nouveau- délaissé la bande dessinée. J’ai eu quelques belles histoires avec les mangas One Piece et « L’attaque des titans » mais loin de la bande dessinée « traditionnelle ». Et puis il y eut, avec ma compagne, notre envie d’enfant. Logiquement, cela faire naître en moi quelques interrogations et angoisses qui firent écho à un souvenir de B.D: celui du Tome 3 de Retour à la terre : Le vaste monde.

 

La série de bande dessinée Le retour à la terre

bande dessinée Le retour à la terreLe retour à la terre est une bande dessinée humoristique dont le scénario est écrit par Jean-Yves Ferri et les dessins réalisés par Manu Larcenet. Edité chez Dargaud, elle est divisée en 6 tomes. Le premier tome  est sorti en 2002 et le dernier en 2019. L’histoire se présente sous forme d’une succession d’histoires courtes souvent d’une demi-page. Ce découpage en saynètes d’une demi-page me plaît beaucoup car elle donne un rythme très soutenu à l’histoire.

Le retour à la Terre : l’histoire

Cette série de bandes dessinées raconte la vie de Manu Larssinet -pseudonyme de Manu Larcenet ?- un dessinateur citadin qui a décidé de se mettre au vert et de s’installer à la campagne avec sa compagne et son chat. Ils emménagent alors tous les trois aux Ravenelles un petit village perdu d’une centaine d’habitants.

Les personnages principaux du Retour à la terre

Manu Larssinet et Mariette:

manu et mariette retour à la terreC’est le jeune couple autour duquel l’histoire se déroule. Manu, dessinateur de BD et sa compagne Mariette déménagent de Juvisy aux Ravenelles en pleine campagne française. En même temps que leur couple évolue, les deux citadins découvrent alors les vertus et les contrariétés de la vie à la campagne. Avec eux, ils emmènent Speed le chat de Manu qui n’apprécie guère ce changement de vie.

Les habitants des Ravenelles :

 

Madame mortemont le retour à la terre

Ces ruraux atypiques et plein de bon sens sont à mourir de rire. Parmi eux, ma chouchoute est clairement la vieille voisine Madame Mortemont quelque peu revêche. Il y a aussi Monsieur Henri. Non pas celui des galettes de Pont-Aven ! Celui-ci est le propriétaire de la maison de Manu et de Mariette. Ses apparitions dans la BD ont la particularité d’être totalement muettes.  Enfin, dernière mention spéciale à l’ermite que Manu consulte comme…psychanalyste. L’Ermite qui dans une autre vie était l’ancien maire du village parti en retraite spirituelle dans les bois après un redressement fiscal.

 

Ce qui me plaît dans la bande dessinée Le retour à la terre

Le regard porté sur la campagne par la bande dessinée Le retour à la terre

La campagne je connais ! J’ai vécu vingt ans dans le même type de campagne perdue…pour aujourd’hui devenir un citadin presque indécrottable. Pour ainsi dire, j’ai choisi de faire le chemin inverse de Manu et Mariette. Toutefois, la vie aux Ravenelles me parle et me rappelle pas mal de choses. Du « haut » de cette expérience, je trouve que les auteurs ont su éviter le piège de la caricature et utilisent un juste ton. Bien entendu pour le ressort comique le trait est parfois grossi mais toujours avec bienveillance. Finalement, on se moque mais gentiment dans Le retour à la terre.

les ruraux ravenelles

 

D’ailleurs Larcenet et Ferri se moquent également gentiment du fameux retour à la terre de certains urbains. Ils nous proposent dans leurs albums une critique du fameux retour à la terre que certains urbains magnifient. Certains de mes amis ont choisi de faire ce grand saut, emplis d’optimisme. Le récit de leurs « déboires de néo-ruraux» se retrouve totalement dans la série Le retour à la terre. Attention je parle des vrais néo-ruraux qui partent pour un village de moins de cinq cents habitants au fin fond de la cambrousse, pas des péri-urbains ou de ceux qui choisissent de « migrer » vers des villes de plus de deux mille habitants. Leurs vies n’ont rien à voir avec celles des ruraux.

Une BD miroir de certaines de mes angoisses

bande dessiné le retour à la terre tome 3

Tout le long de la série, le personnage de Manu a fait véritablement écho en moi. Non pas sur le regard ironique porté par les auteurs sur ce citadin quelque peu agressé par ce retour à la nature, mais sur d’autres de ses angoisses récurrentes. Et j’en partage un paquet! Je ne sais pas jusqu’où Larcenet y va de son autobiographie mais je trouve qu’il fait mouche sur les tourments du trentenaire qui se découvre des responsabilités et peine parfois à les assumer. Perso, la naissance de sa fille m’a rappelé plein de chose. Avec un humour certain, il permet au lecteur que je suis de prendre un peu de recul sur ces angoisses. Au final ce sont – à mon sens- les angoisses de Manu Larsinet qui font le carburant de la série Le retour à la terre et la font avancer.

Le graphisme de Manu Larcenet et sa complicité avec Ferri

Le dessin de Larcenet est reconnaissable. Simple, fluide tout en restant très expressif,  son trait est des plus adaptés à ce genre d’histoire. Dans cette BD, les répliques font souvent mouche, sans aucun doute grâce à la complicité entre Ferri et Larcenet. Le dernier tome est d’ailleurs à mon sens l’apogée de cette complicité et on voit même qu’ils en jouent.

 

Le dernier en date : La bande dessinée Le retour à la terre Tome 6

le retour à la terre tome 6En 2019, après dix ans de pause, c’était le grand retour de « Retour à la terre » de Ferri et Larcenet. Ce retour en librairie, certains n’y  croyaient plus trop. Ayant fait un break avec l’univers de la BD, je n’ai -heureusement- pas eu à vivre cette longue attente (Six années séparent le 1er album en 2002 du 5eme en 2008).

Pourquoi un si long délai ?

Pour ce tome 6 intitulé « Les Métamorphoses », la longue attente s’explique principalement par leur emploi du temps. Les deux compères ont eu beaucoup de travail chacun de leur coté. Manu Larcenet a réalisé son grand projet Blast : une série de bandes dessinées en  quatre tomes. Dans le même temps, Ferri  a aussi été très occupé par son rôle de scénariste pour les trois albums d’Astérix. Leur éloignement professionnel est d’ailleurs l’un des ressorts de ce dernier album.

Le contenu de la bande dessinée Le retour à la terre : les métamorphoses

Aux Ravenelles, la  vie continue. En plein déni jusque-là, Manu prend conscience que Mariette est enceinte de sept mois d’un deuxième enfant. Le portrait dressé de Manu dans ce sixième opus est celui d’un personnage ayant du mal à composer avec le monde réel. Dans le même temps Les directeurs de chez Dargaud sont convaincus d’avoir « perdu » Ferri par la faute de ce satané Astérix. Ils décident alors de relancer la carrière de Larssinet en lui proposant de réaliser une version française d’un personnage de comics américain, Nasty Bonzo, sorte de zombie vert vêtu d’un slip kangourou. Un beau projet…

bande dessinée le retour à la terre tome 6

Les personnages secondaires sont aussi au rendez-vous et sont toujours aussi drôles. Par exemple, Madame Mortemont s’est convertie aux smartphones et M. Henri tombe amoureux. Nous y rencontrons également l’éditeur Philippe de chez Dargaud qui est envoyé en mission aux Ravenelles.

Pour conclure, je dirai que ce sixième album et les cinq précédents sont d’égale qualité. De plus, ils se laissent lire très facilement. On a même plaisir à les relire ! Je vous les recommande chaudement !