Il y a des journées qui ont dans leur ADN ce « je ne sais quoi » en plus qui leur confère une envoûtante capacité à vous embarquer hors du temps. Cette douce parenthèse débuta dans une ambiance de brume matinale typique de mes terres natales du Pays d’Auge. Et ce matin là, j’avais rendez-vous avec une vieille dame légendaire à la fois drôle et coquine : La 2 CV… En effet, à l’occasion du lancement du nouveau guide du Petit Futé 2019 Normandie, le petit futé Normandie avait convié le petit bonhomme à une balade en 2CV dans le Pays d’Auge.

Ainsi de bon matin, je suis donc parti sillonner les routes du Pays d’Auge à bord d’une magnifique deudeuche. L’assaut des routes de mon enfance se fit avec l’équipe de La Normandie en 2CV. Une fois installé sur la banquette de l’une des voitures les plus populaires de France, on saisit vite que ce n’est pas une voiture comme les autres. Propriétaire ou non un jour d’une deuche, nous avons tous de souriants souvenirs liés à la 2CV dans nos têtes…

La 2CV dans l’imaginaire collectif

La deuche : un mythe intemporel

Tout d’abord, les « deux chevaux » sont probablement les voitures qui ont laissé les souvenirs les plus marquants. Et même chez les plus jeunes qui l’ont peu ou pas connue, elle possède une sacrée cote d’amour. Sans doute parce qu’elle est une image d’Epinal de la France tels le béret, la tour Eiffel, la baguette de pain ou encore le vin. Elle est un symbole de la France, même s’il est devenu rare d’en croiser une. Voiture emblématique d’une époque, elle est aujourd’hui totalement intemporel et possède un indéniable capital sympathie.

La 2CV dans l’imaginaire du bonhomme

La dodoche et le bonhomme n’ont jamais fait garage commun. Pourtant, j’ai toujours eu une réelle affection pour cette belle auto. Cette affection s’est, en grande partie, nourrie de cinéma. La belle française a eu de très beaux rôles sur le grand écran. Le premier qui me vient est celui dans le film Le Corniaud ou elle « donne la réplique » à Bourvil et De Funes dans la scène culte où « elle va beaucoup moins bien marcher maintenant ». Puis, en 1981, elle partagea l’affiche avec James Bond dans « Rien que pour vos yeux ». Enfin, je peux encore vous citer la série de films du gendarme à Saint Tropez avec une 2CV conduite par des religieuses ou bien Les valseuses avec Depardieu, Dewaere et Miou-Miou. Tant de films qui ont jalonné mon enfance. Bon…un peu moins pour les Valseuses…On est d’accord….

balade en 2CV

La 2cv était donc la capsule temporelle parfaite pour revenir aux sources, pour réinvestir mon Pays d’Auge, ce si beau coin de Normandie.  » Knut ! Knuuut !  » C’est le klaxon de la 2CV qui sonne l’heure du départ. En route…

 

L’escapade en 2CV débute à Pont-l’Evêque

Le rendez-vous et le départ étaient donc donnés à Pont-l »Évêque située au cœur du Pays d’Auge. Anne du guide du Petit Futé nous dévoile qu’un circuit dans le Nord du Pays d’Auge comprenant la côte Fleurie et la vallée de la Touques nous attend pour la journée…avec une pause déjeuner à la ferme. Parfait !!

balade en 2CV

Un petit briefing sur le maniement de la deudeuche

Avant de se lancer dans nos pérégrinations augeronnes, Philippe et Charlotte, l’équipe de La Normandie en 2CV nous expliquent la prise en main du bolide. Le speech de Philippe -passionné de 2 CV bien entendu- est bien utile pour comprendre les subtilités de la boîte de vitesses et cette belle mécanique. Cela se fait dans une vraie bonne humeur et cela n’a rien à voir avec un cours ou un sermon.

Les équipes de 4 se forment au gré des affinités. Un peu de lâcher-prise… Notre convoi d’une petite dizaine de deuches s’ébranle… Nous voilà donc partis  pour une expédition à la découverte du patrimoine augeron au volant de ces mythiques autos !!

Et c’est parti pour notre balade en 2CV…

balade en 2CV

Pour ne pas perdre des membres du convoi (bon c’est quand même possible, on l’a fait) Charlotte ferme la marche et Philippe dans la voiture de tête nous aiguille en radioguidage à l’aide de l’auto radio. En dehors des conseils, anecdotes et recommandations, le poste radio s’accorde avec l’ambiance en nous offrant un fond sonore de musique des années 70’s / 80’s.

Même si nous sommes de retour sur mes terres natales, je comprends très vite que cela ne sera pas de l’ordre du pèlerinage. Philippe et Charlotte ont très vite montré qu’ils connaissaient des chemins de traverse et autres sentiers qui m’étaient totalement inconnus. Ces derniers donnaient -de suite- du travail au pilote et à notre bel engin.

 

La visite de Villerville et de Honfleur sur la Côte Fleurie

Après l’ascension du Mont-Joli et un passage par la campagne augeronne, la brume s’est dissipée et le soleil est au rendez-vous. Il est temps pour nous de passer notre 2CV en mode décapotable. C’est un très bon moyen d’avoir un autre point de vue pour vivre les traversées de Villerville et d’Honfleur.

A la découverte du pittoresque village de Villerville

Étrangement, je n’avais aucun souvenir de ce petit joyeux de la côte fleurie. Le village est superbe et a su conserver son authenticité. Ce dernier est, d’ailleurs, labélisé « village de caractère du Calvados », le seul à le posséder avec la commune de Clécy.  A mon sens, c’est un vrai gage de qualité patrimoniale.

Pour nos amis cinéphiles, Villerville -sous le nom de Tigreville- fut le cadre d’Un singe en Hiver d’Henri Verneuil et notamment le Cabaret normand, restaurant utilisé pour le tournage. En hommage à cette histoire, depuis juin 2007, une grande photo du film représentant Jean Gabin et Jean-Paul Belmondo, a été accrochée sur un mur de la ville.

Balade en 2CV à Honfleur et ses ruelles pavées

balade en 2CV

Alors, pour le coup, Honfleur je connais bien et j’aime énormément (surtout hors saison, hein !). Les rues de Honfleur ont un véritable charme, un charme ancien qui se marie parfaitement avec le plaisir de les visiter en 2CV. Par le toit décapoté de la deuche, on peut redécouvrir différemment les fameuses façades à pans de bois et les petites maisons de pêcheurs et les ruelles pavées.

balade en 2CV

En partant de Honfleur, nous prenons le bord de Seine par l’ancien chemin de halage. Philippe -un peu coquin- nous propose de découvrir le Pont de Normandie sous un autre angle…par en dessous. Est-ce bien galant de regarder sous les jupes des ponts ? Une fois que le consentement nous est assuré, nous sommes impressionnés par la puissance qui se dégagé de l’ouvrage.

Nous voilà déjà reparti. Philippe et Charlotte nous entraîne alors dans les petits sentiers de la forêt de Saint-Gatien. C’est sportif surtout pour le chauffeur !  Mais quel est ce bruit ? Cela vient du capot de la 2CV ? Un ours en fôret de Saint-Gatien? Non c’est le ventre du bonhomme qui se rappelle qu’on lui avait parlé d’un déjeuner à la ferme. Un pause s’impose dans notre balade en 2CV.

balade en 2CV

 

La gourmandise d’un repas à la ferme dans le Pays d’Auge

Francis Cabrel aime passer « un samedi soir » sur la terre.  Moi je suis bien plus « mercredi midi à la ferme ». Clairement, moi, j’ai choisi mon camp ! Celui de ceux qui s’arrête à la ferme du Haut chez Brigitte et Olivier!

A la ferme du Haut chez Brigitte et Olivier pour la pause de notre balade en 2CV

Elle se situe à Coudray-Rabut sur les hauteurs de Pont-l’Evêque. En sus de recueillir des voyageurs affamés de la Normandie en 2CV, à la ferme du Haut on fait de l’élevage de Poulet, de pintades et autres dindes. L’accueil est extra et s’est accompagné ce jour-là d’un petit apéro au soleil. La Normandie et le Pays d’Auge regorgent de produits du terroir et chez Brigitte et Olivier nous avons pu le constater.

Pour ce petit tour de chauffe d’avant déjeuner, étaient proposés des pommes séchées, un petit velouté de champignons qu’on avait le bonheur de déguster avec du cidre, du pommeau, du poiré ou encore du jus de pommes-framboises.

Un repas à la découverte des produits locaux de la Normandie

Le moment pour la petite troupe de passer à table. Au moment de m’asseoir, direct un beau buffet me fait de l’œil. T’inquiète mon coco, je t’avais remarqué aussi…Et tu ne sais pas à qui tu as affaire !

En effet, le bougre ne sait pas qu’en présence d’une telle cantine, mon expression toute personnelle « Si tu n’as pas tout goûté, tu n’as pas vraiment fait buffet » prend tout son sens. Croyez-moi, je m’y tiens toujours en honneur à mes hôtes. Sur la table, pâtés, viandes, charcuterie, légumes (il en faut pour tous les goûts). Mais que voit-on par ici ? Du saumon et spécialement du Flaki ??? Comme c’est coquin ami buffet ! Tu es surprenant!!  Ceux-ci provenaient de chez Le saumonier de Bayeux qui pratique le fumage artisanal. Clairement leur saumon Flaki c’est une petite tuerie. Ce saumon est fumé et cuit en même temps et à un petit gout d’Ecosse très addictif.

Honneur a été fait au buffet et aux hôtes. Mais voilà ce n’était que l’entrée…Et là j’ai eu l’image d’Obélix face à Mannekenpix le cuisinier des titans. « Ahhh je vous attendais, allez en place, on va commencer de suite le bazar! »  C’était donc reparti pour du poulet fermier accompagné de ses petites pommes de terre nouvelles…et son cresson…parce que le vert c’est important aussi !

Pourquoi choisir entre fromage et dessert?

Et pour finir ce sera fromage et dessert ! Le petit cidre fermier accompagnant le cœur du repas m’a permis de laisser un peu de place pour le triptyque normand avec les fromages Camembert, Livarot et Pont-l’Evêque. Mention spéciale à ce camembert au lait cru crémeux à souhait qui venait d’Orbec…Côté dessert, il était difficile de passer à côté de la traditionnelle Teurgoule normande sans s’en mettre une petite louche dans l’assiette. Mais là aussi, j’ai été eu un coup de cœur pour une petite crème normande accompagné d’une confiture de poiré. Simple, efficace et tellement bon !

Un vrai bon moment autour des plaisirs de la table. Avec des produits frais et locaux, nous avons révisé nos classiques et surtout eu de très belles surprises gustatives. Un petit coup de Calva et en route. Bien sûr, ce n’était pas mon tour de conduire. Plus personne ne croit aujourd’hui que le bonhomme conduit après un repas…Il est plus tendance sieste digestive que conduite le garçon…

 

Le plaisir de prendre les chemins de traverse du Pays d’Auge

Les 2CV Citroën sont de retour sur la route…enfin la route..la route…C’est un bien grand mot… Pour la sieste digestive, il faudra repasser.

La balade 2CV : mode rally raid

En effet, ce fut le moment que Philippe et Charlotte choisirent pour nous faire emprunter de petits sentiers en côte, en descente. Le mode 4X4 a clairement été enclenché. La suspension de la deuche qui, selon la légende, permettait de pouvoir traverser un champ labouré avec un panier d’œufs dans le coffre sans en casser un seul, rend l’expérience hyper jouissive.  Avec un peu d’imagination on se croirait sur le raid Citroen Paris-Kaboul-Paris.

Pays d’Auge : Pays de croyances

Au cours de mon enfance dans le Pays d’Auge, j’ai grandi avec les histoires de rebouteux et autres guérisseurs. Et lorsqu’on s’arrête dans le petit village de Clarbec, ces histoires locales me reviennent. Philippe livre son Pays d’Auge, mon Pays d’Auge comme je l’ai entendu conter dans mon enfance…..

Lors d’une nouvelle halte, Philippe nous dirige à l’arrière d’une église vers un if de mille ans pour une expérience « mystique ». Je ne vous l’expliquerai pas ici sinon vous n’aurez pas le même plaisir à la vivre quand votre tour viendra. Toutefois, sachez que l’if est un arbre  particulier que les druides appréciaient. Ses feuilles sont notamment mortelles en cas d’ingestion.

Ensuite, on traverse la route pour rejoindre la fontaine Saint Laurent. Elle est connue pour être un lieu où les malades peuvent venir soigner brûlures et maladies de peau.

Dernière étape de notre balade en 2CV: le Domaine de Geffosses

Enfin, nous terminons notre balade en 2CV augeron au domaine de Geffosses à Pont-L’Evêque. Dans cet ancien corps de ferme a grandi Gustave Flaubert. C’est d’ailleurs Flaubert…le canard mascotte des lieux qui nous accueille. Mais rapidement Solenn et Stéphane nous proposent de déguster tartes et autres petites douceurs accompagnées de jus de pomme et de café. Une dernière petite vadrouille à bord de nos 2CV et la journée se termine ou elle avait commencé sur le parking des tonneaux du père Magloire. Ce fut une sacrée balade en 2CV mes enfants!!

 

L’avis du bonhomme sur cette balade en 2CV dans le Pays d’Auge

balade en 2CVCe fut ce qu’on appelle une véritable virée ! Charlotte ou Philippe et leur radioguidage ne sont pas étrangers à la très bonne humeur et aux fous rires qui ont rythmé cette journée. Et que du bonheur de faire partie de la « team 2CV Bleu blanc rouge » avec Céline de Clinesbox, Olivier son chéri et Anne-Laure de AnneLaureT. Une « team » pleine de qualités sauf peut-être celle de la navigation…

Enfin, après cette petite aventure on comprend mieux les gens qui affirment que conduire une 2CV, c’est un esprit, un art de vivre. De plus, comment ne pas remercier Anne Crochard du Petit Futé Normandie de m’avoir permis de vivre ces moments alliant découverte culturelle et gastronomie dans une auto vintage.  Alors, bien sûr, le petit bonhomme de chemin vous dit : foncez vous mettre au volant d’une des 2 CV de La Normandie en 2CV !

 

Univers alternatif : En Ferrari c’est possible mais pas longtemps…

Dans un univers alternatif, j’aurais voulu faire la même vadrouille mais à bord d’une Ferrari des années 70 : la fameuse Ferrari 512 BB. Après tout pourquoi seule la 2CV aurait l’apanage du vintage.

Vite et court

Allez hop en piste. Au départ, tout se serait super bien passé. Les premiers kilomètres de routes augeronnes auraient été avalés à grande vitesse. Ça décoiffe une Ferrari… Puis place aux sentiers et petits chemins de terre. Bon ! Les petits chemins, la Ferrari 512 BB, clairement elle n’aurait pas aimé… Arrachage de pot en règle, perte du pare-chocs avant et j’en passe. Bref 250 mètres, et j’aurais fait ma seule et unique visite dans le Pays d’Auge…dans un garage automobile.

Une photo souvenir

De plus quelques jours plus tard, j’aurais reçu un très joli souvenir de cette journée avec une photo de moi au volant de la Ferrari prise par la gendarmerie, avec en bas une indication de vitesse… Dans la même enveloppe que la photo, la « facture » de la dite photo. Un peu chère la facture…Enfin cela aurait fait souvenir à regarder longtemps car j’aurais -bien sûr- perdu également mon permis de conduire.

Moralité : Il y a certains luxes qui ne s’achètent pas… Faites bien plus confiance aux plaisirs simples qu’à une luxueuse voiture…